Voir plus bas

Illustration de Anna Gogusey

FESTIVAL "ALLIANCE DES CORPS"

Carte blanche à Marinella Senatore
Du 15/09/2022 au 18/09/2022

Performance uniques, dj sets rythmés, workshops en tout genre : pour ses 20 ans, le Palais de Tokyo célèbre le plaisir d’être ensemble. Pendant 4 jours Marinella Senatore a imaginé un festival inédit rassemblant plus de 40 associations d’artistes et sportifs professionnels et amateurs. En imprégnant le Palais de Tokyo de son art participatif, l’artiste italienne crée un moment de citoyenneté active.

Depuis une dizaine d’années, Marinella Senatore développe un art participatif expérimentant la puissance créatrice du groupe, engageant un dialogue entre l’histoire, la culture et les structures sociales.

Grâce à un travail d’enquêtes et d’échanges suivant la méthode documentaire, elle travaille à faire émerger des systèmes alternatifs de socialisation : de gigantesques parades, un hymne, un salon de thé, une pièce radiophonique ou un opéra filmé.

Marinella Senatore mène des « actions » qui pourraient s’apparenter à des rituels contemporains et produit des installations pour reconstruire les communautés et alimenter une mémoire collective. Grâce à l’art, qu’elle conçoit comme une sculpture sociale, elle cherche à donner forme aux questionnements, à redistribuer les rôles entre l’amateur et le professionnel, entre l’artiste et le public.

Marinella Senatore s’est ainsi interrogée sur la signification de ces 20 ans, en posant la question du rôle d’un centre d’art aujourd’hui, après une pandémie, essayant d’identifier son corps social.

Marinella Senatore, The School of Narrative Dance, Cagliari, 2013 Courtesy de l’artiste et Musei Civici Cagliari

De cette réflexion naît Alliance des corps, un take-over du Palais de Tokyo pendant 4 jours, une occupation artistique des espaces, par et pour des communautés d’artistes, dans les domaines et disciplines les plus diverses. Un projet qui célèbre l’être ensemble, l’engagement, le féminisme et l’inclusion, axé sur l’accomplissement personnel et l’apprentissage non hiérarchique, l’auto-formation et la création d’une citoyenneté activée par l’éducation informelle.

L’artiste invite ainsi un nombre important de communautés artistiques avec des prérogatives sociales et politiques visant à créer un lieu d’inclusion, de partage et d’expériences collectives.

 

Plus de 40 associations rassemblées

Ce festival rassemblera différentes disciplines portées par des associations parisiennes ou franciliennes, célébrant la communauté et portant la diversité et l’inclusion comme fil conducteur : des hijabeuses (football féminin en hijab) à la poésie urbaine, des danses vernaculaires au parkour, du voguing aux percussions corporelles, Marinella Senatore interroge notre société, son empathie et sa capacité à respirer ensemble. « Participer » ne signifie pas seulement collaborer, mais plutôt faire partie d’un mouvement collectif.

Pour la performance qui convie dans une « alliance des corps » toutes ces réalités, Marinella Senatore intervient comme un chef d’orchestre proposant des points de contacts entre tous : si le tango queer est dansé en silence, la chorale chante en plus de cinquante langues, des harpistes accompagnent les slammers, la nage synchronisée devient terrestre et la valse vibre au rythme des percussions africaines, dans une démarche de métissage culturel. Dialogue, mélange d’identités, rencontres impromptues, telle est l’agora de l’artiste italienne.

Ses sculptures lumineuses, les luminarie, structures architecturales inspirées de celles du sud de l’Italie ornant les monuments lors de certaines festivités populaires, redessinent l’espace du Palais de Tokyo comme celui de l’Agora, espace d’échange, de rencontre et de débat.

Marinella Senatore va ainsi produire un espace physique et symbolique, dans une scénographie dont la matière narrative incarne un récit, un process, un lieu de retrouvailles, tout en mettant en scène des phrases provenant d’éclectiques archives personnelles de l’artiste.
Ces slogans visent l’émancipation et l’autodétermination, ou encore une sorte de mantra, une floraison personnelle comme l’explique Marinella Senatore.

La lumière est ainsi utilisée comme une architecture éphémère, une place publique, dessinant de véritables espaces d’agrégation et de socialisation.
Des monuments lumineux érigés non pas en mémoire d’un passé mais dédiés à la citoyenneté, à son potentiel spirituel et mental, à une nouvelle idée de l’être ensemble.

 

Au programme

Un cycle répété sur quatre journées avec des performances variées

Workshops : 14h – 18h
Performance collective : 19h – 21h30
DJ sets : 21h30 – 00h

 

DU 15/09/2022 AU 18/09/2022

Le Festival Alliance des Corps au Palais de Tokyo bénéficie du soutien de

Ressources liées

Explorer la Tokyothèque