Photographie : Daniela Ometto

Projections en continu dans l’exposition « Sarah Maldoror : Cinéma Tricontinental »

Avec sous-titres en français

 

12h30 — Monangambeee, 1969
16mm, sonore, 14 min 28 sec.
Production : Département Orientation et Information du Front National de Libération, Algérie.
Restauration : Arsenal Berlin
Courtesy Arsenal Berlin, Annouchka de Andrade et Henda Ducados.

Un malentendu linguistique et culturel provoque la torture d’un prisonnier dans les geôles coloniales portugaises en Angola. Inspiré d’une nouvelle de l’écrivain angolais José Luandino Vieira, le premier court métrage de Sarah Maldoror est un témoignage lyrique sur fond du free jazz de l’Art Ensemble of Chicago

 

12h50 — Fogo île de feu, 1979
16mm sonore, 34 min.
Production : Ministère de la coordination et des finances, Cap-Vert
Courtesy Annouchka de Andrade et Henda Ducados.

Premier d’une trilogie de courts métrages tournés au Cap-Vert et en Guinée-Bissau, le documentaire, tourné dans les paysages volcaniques de l’île de Fogo et accompagné d’un commentaire écrit par l’écrivain et éditeur François Maspéro, montre une terre brûlée par les sécheresses, et ses habitants réapprenant à vivre sans occupation coloniale.

 

13h30 — À Bissau le carnaval, 1980
16 mm sonore, 18 min.
Production: Institut National du Cinéma de la République de Guinée-Bissau.
Courtesy Annouchka De Andrade et Henda Ducados.

Sarah Maldoror filme le carnaval en Guinée-Bissau afin de comprendre comment une manifestation populaire construit collectivement un imaginaire inversant les rapports de domination coloniale.

 

13h50 — Carnaval dans le Sahel, 1980
16 mm sonore, 28 min. (inachevé)
Production : Ministère de l’économie et des finances, Guinée-Bissau.

Courtesy Annouchka de Andrade et Henda Ducados. Sarah Maldoror filme le carnaval dans les îles du Cap-Vert pour révéler le rôle de la culture populaire dans l’affirmation d’une histoire des populations noires dans les luttes contre le colonialisme et le racisme.

 

14h20 — Aimé Césaire. Un homme une terre, 1977
16mm sonore, 57 min 17 sec.
Production : Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Institut national de l’audiovisuel (INA)
© Archives Ina

Alternant séquences d’entretien, plans de paysages de Martinique et scènes de sa pièce de théâtre La Tragédie du roi Christophe (1963), Sarah Maldoror dresse un portrait de son ami Aimé Césaire, homme politique, poète et fondateur du mouvement de la Négritude.

 

15h20 — Et les chiens se taisaient, 1978
16mm sonore, 12 min 52 sec.
Production : CNRS AV (SERDDAV), Films de l’homme, Musée de l’Homme, Paris
Courtesy Centre national de la recherche scientifique (CNRS)

La Compagnie des Griots de Sarah Maldoror envisageait dès les années 1950 de mettre en scène ce poème tragique d’Aimé Césaire, finalement interprété dans ce court métrage par Sarah Maldoror et Gabriel Glissant au sein des réserves consacrées à la culture noire africaine du musée de l’Homme. La Mère tente de sauver son fils Rebelle, en révolte contre l’asservissement

 

15h40— Un dessert pour Constance, 1980
16mm sonore, 61 min. 26 sec.
Production : Top films, Antenne 2
© Archives Ina

Deux employés africains de la voirie parisienne deviennent des experts – théoriques – de la cuisine traditionnelle française, et s’inscrivent à un jeu télévisé dans le but de récolter des fonds pour aider un de leurs camarades à rentrer au pays.

 

16h50 — Léon-Gontran Damas, 1994
16mm sonore, 1994, 25 min. 30 sec.
Production : Matouba Films, Conseil Régional de Guyane, Conseil Départemental de Guyane Courtesy Annouchka de Andrade et Henda Ducados.

Sarah Maldoror fait entendre la voix du poète guyanais Léon-Gontran Damas tout en dérivant entre les paysages dans lesquels l’écrivain a vécu, de Cayenne à Paris. Ses pairs (Césaire, Senghor) témoignent de la force poétique de ce fondateur de la Négritude

 

17h15 — Louis Aragon, un masque à Paris, 1978
16mm sonore, 19 min. 38 sec.
Production : Association pour la diffusion de la pensée française (ADPF)
Courtesy Annouchka de Andrade et Henda Ducados

Interviewé par Sarah Maldoror, le poète surréaliste et communiste Louis Aragon se livre à un exercice d’improvisation et de lecture au milieu des montages photographiques qui couvrent les murs de son appartement.

 

17h40 — Ana Mercedes Hoyos, 2008
Vidéo sonore, 2008, 12 min. 52 sec.
Production : Annouchka de Andrade, Novi Production
Courtesy Annouchka de Andrade et Henda Ducados

Sous la forme d’un portrait de l’artiste plasticienne Ana Mercedes Hoyos, Sarah Maldoror met en lumière les racines africaines de la culture colombienne dans sa relation avec l’esclavage, des questions également soulevées par l’œuvre de l’artiste.

 

17h55 — Toto Bissainthe, 1984
16mm sonore, 4 min. 30 sec.
Production : Aujourd’hui en France, Ministère des Affaires Étrangères
Courtesy Annouchka de Andrade et Henda Ducados.

Sarah Maldoror filme la chanteuse haïtienne Toto Bissainthe sur scène et dans les coulisses. Maldoror et Bissainthe se sont rencontrées à Paris au milieu des années 1950 et ont fondé ensemble la Compagnie des Griots.

 

18h00 — Wifredo Lam, 1980
16mm sonore, 4 min. Production : Aujourd’hui en France, Ministère des Affaires Étrangères Courtesy Annouchka de Andrade et Henda Ducados, Forum des Images

Reportage réalisé à l’occasion d’une exposition des peintures de Wifredo Lam à la galerie Artcurial à Paris en 1980.

 

18h05 — Portrait d’une femme africaine, 1985
Vidéo sonore, 6 min. Production : Émission Mosaïque, France 3
© Archives Ina

Portrait diffusé dans l’émission de télévision Mosaïque consacrée aux cultures de l’immigration. Une jeune sénégalaise, cuisinière dans un foyer de travailleurs, évoque son désir de voyager et de connaître la France, et s’insurge contre l’appellation d’immigrée

 

Dans l’exposition

Explorer la Tokyothèque