Voir plus bas

Prince·sse·s des villes

DACCA, LAGOS, MANILLE, MEXICO et TÉHÉRAN
Du 21/06/2019 au 08/09/2019
L’exposition Prince·sse·s des villes est présentée comme une ville imaginaire, multiple et complexe, décloisonnée, bordélique, foudroyante et créative : un laboratoire imprévisible, toujours en mouvement et en (re)construction. Plasticiens, créateurs, fashion designers, bidouilleurs, tatoueurs, musiciens : une cinquantaine d’artistes investissent le Palais de Tokyo et sont présentés sans aucun regroupement géographique, la plupart du temps avec des nouvelles productions et des interventions in situ.
DACCA, LAGOS, MANILLE, MEXICO et TÉHÉRAN : Autant d’archi-villes rhizomatiques choisies subjectivement, guidés par notre curiosité du moment. Les cinq sont l’expression d’un tissu de contradictions, à l’image du trafic routier saturé qui coexiste avec les réseaux numériques censés fonctionner avec fluidité. D’évidence, ces mégapoles sont aussi très différentes les unes des autres. Leur singularité culturelle, politique et sociale se charge de multiples récits qui sont autant de chemins de traverse pour appréhender leur identité dépourvue de toute dimension univoque.
Entre gratte-ciels et cahutes, urgence et patience, les mégapoles connaissent une expansion chaotique, mêlant les transferts de capitaux aux connexions technologiques dans les centres financiers, ce qui génère des marges citadines porteuses de nombreuses inégalités. Ce vaste mouvement désordonné transforme les cités en un chantier incessant, propice à la dérive des imaginaires. Les artistes qui émergent sont alors les flâneurs du XXIe siècle, les hackers de nos réponses au milieu urbain trop souvent fonctionnelles et standardisées.
Cimaises brutes et vertigineuses, passages mystérieux, zones lumineuses ou opaques, backrooms et guet-apens : le dispositif de présentation est conceptualisé par l’architecte Olivier Goethals suivant les rythmes du jour et de la nuit, de la profusion et du désaturé, alternant des zones monographiques et des territoires de rencontres. Il élabore un parcours architectural qui révèle et accentue les lignes de forces du bâtiment du Palais de Tokyo envisagé ici comme un immense lieu-commun.

 

Britto Arts Trust est un collectif fondé par Tayeba Lippi et Mahbubur Rahman : feat. Tapan Das, Promotesh Das Pulak, Ahmed Hossain, Rafiqul Islam, Lutfun Nahar, Najmun Nahar Keya, Yasmin Jahan Nupur, Jewel A Rob, Anisuzzaman Sohel.

Lulu est un espace indépendant fondé par Martin Soto Climent and Chris Sharp : feat.Yuji Agematsu, Lorena Ancona, Lucas Arruda, Michael Berryhill, Juliette Blightman, Christian Camacho, Nina Canell, Martin Soto Climent, Josef Dabernig, Miho Dohi, Ann Cathrin November Høibo, Frieda Toranzo Jaeger, Ian Kiaer, Ryan Nord Kitchen, Jiří Kovanda, Ella Kruglyanskaya, Jochen Lempert, José Antonio Suárez Londoño, Jenine Marsh, Simon Dybbroe Møller, Kate Newby, Aliza Nisenbaum, Scott Olson, Lisa Oppenheim, Santiago de Paoli, Matt Paweski, Manfred Pernice, Daniel Rios Rodriguez, Willem de Rooij, Victoria Roth, Lin May Saeed, Anna Schachinger, Shana Sharp, Michael E. Smith, John Smith, Melanie Smith, Pádraig Timoney, Hayley Tompkins, Patricia Treib, Lucía Vidales, Ambera Wellmann, Allison Katz & Camilla Wills, Lea von Wintzingerode, B. Wurtz.

Traición est un collectif fondé par Alberto Bustamante, Lucia Anaya, Pepe Romero & Diego Jiménez : feat.Marcel Alcalá, Max Ammo, Andonella, Paula Assadourian, Victor Barragán, Cute Brute, Persian Circumcision, Maria Conejo, Chelsea Culprit, Daniel Díaz, Rafa Esparza, Inés Estrada, Mohammed Fayaz, Fersan, Diego Gómez, Sergio Hernández, Jovan Israel, Rachel Levit, Rudy Loewe, Luxiano31, So Me, Miguel, Julián Morales, Yego Muñoz, Shalva Nikvashvili, Alejandro Núñez, Sean O’Connor, Ian O’Phelan, El Chico Cabello De Pan, Mariano Pascual, Maldito Perrito, Suricato Quintero, Radriguez, Miguel Rual, Sangree, Skiff, Sabor Suave, Santee Alley Trade, Carmela Tzigana, Valleiyey, Lorena Vega, Nah Wah, Zombra.

Le Magazine Palais #29 permet de prolonger ou de contextualiser les créations présentées dans l’exposition, en proposant des contributions de penseurs, de critiques, de commissaires, d’artistes, de poètes, de chercheurs… Autant de voix et de visions qui permettent de cerner au mieux la création issue de l’époque des mégapoles et de l’humanité urbaine.

Le Palais de Tokyo remercie les partenaires de l’exposition :

Cette exposition bénéficie du soutien de l’Institut culturel du Mexique en France.

Ressources liées

Explorer la Tokyothèque

Produits liés

Voir tous les produits