L’empouvoirement est la traduction française du mot anglais empowerment. Celui-ci renvoie à un double mouvement : il définit à la fois le geste par lequel on attribue du pouvoir à quelqu’un, et l’état dans lequel se trouve une personne qui a reçu le « pouvoir de… » C’est-à-dire, les capacités d’auto-définition et de décision qui résultent d’une émancipation, ou qui la fondent. Ainsi, dans les peintures de Meleko Mokgosi, la citation de la peinture classique européenne fait office de signe : signe d’une prise de pouvoir sur les colonisateurs, d’une érudition qui dépasse celle du modèle et se transforme en critique puissante. Aïda Bruyère explore quant à elle les mécanismes de l’affirmation des identités. La fête, la boîte de nuit et les sous-cultures qui leur sont liées, deviennent synonymes de l’évasion du quotidien, et de la possibilité d’une expression personnelle et corporelle libérée (notamment par la danse, le maquillage, les accessoires).

Ressources liées

Explorer la Tokyothèque