Vous êtes ici

Dineo Seshee Bopape UNTITLED (OF OCCULT INSTABILITY) [FEELINGS]

Invitée à exposer au Palais de Tokyo, Dineo Seshee Bopape (née en 1981 en Afrique du Sud, vit à Johannesburg) conçoit une installation immersive à partir de l’interprétation de « Feelings » par Nina Simone au Montreux Jazz Festival (1976). Dineo Seshee Bopape interroge à travers des formes de ruines architecturales la saturation des émotions, la dissolution psychique et les contextes socio-politiques desquels elles émergent. Première exposition personnelle de l’artiste en France, « UNTITLED (OF OCCULT INSTABILITY) [FEELINGS] » réunit un ensemble d’œuvres spécifiquement réalisées pour l’occasion, ainsi que des œuvres de Lachell Workman et de Jabu Arnell.

Dans son travail, Dineo Seshee Bopape traite de la mémoire et de l’identité à travers une perspective socio-politique. Ses installations composées de vidéos, de sculptures et d’objets de récupération se déploient dans l’espace, l’envahissent et traduisent la démarche empirique et sensible de l’artiste. Ses combinaisons d’images et d’objets multiplient les récits et les points de vue qu’elle porte sur la société, le genre, la sexualité et l’histoire coloniale.

Le titre de l’exposition de Dineo Seshee Bopape au Palais de Tokyo fait référence à la notion de « déséquilibre occulte » théorisée par Frantz Fanon (1925 – 1961). Par ce terme, le psychiatre et essayiste français désigne une zone de trauma et de fragilité des peuples ayant connu le colonialisme et l’esclavage. C’est cet équilibre instable, ce trouble émotionnel surgissant d’un contexte de domination que Dineo Seshee Bopape entend explorer dans son installation.

En 1976, au Festival Jazz de Montreux, Nina Simone interrompt son interprétation de « Feelings » et s’adresse au public, submergée par les émotions et la colère. Le live diffusé en boucle dans l’exposition propage les paroles de Nina Simone : « Je ne peux pas croire aux conditions qui ont créé une situation qui exigeait une chanson comme celle-là. »

Trois installations vidéo conçues pour l’exposition présentent respectivement le jardin qui accueillait les « zoo humains » pendant l’exposition coloniale de 1907, des œuvres traitant du corps meurtri et une interview de Winnie Mandela (née en 1937) rejouée par l’artiste. Des fuites d’eau, au goutte-à-goutte entêtant, laissent présager une inondation imminente, tandis que les formes de ruines et d’éboulements traduisent l’effondrement psychique et la chute des structures de domination.

« Si [Dineo Seshee Bopape] avait été ghanéenne, son nom aurait été akosua ou akos pour faire court. L’année de sa naissance les émeutes de Brixton à Londres ont lieu ; deux personnes sont blessées quand une bombe explose dans un centre commercial de Durban en Afrique du Sud ; Bobby Sands meurt; MTV est lancé ; le boeing 767 effectue son premier vol ; Umkhonto we Sizwe procède à de nombreux assauts souterrains contre le régime d’apartheid. Il y a un tremblement de terre en Chine qui tue environ 50 personnes. Hosni Mubarack est élu président d’Egypte ; il y a un coup d’état au Ghana ; la princesse Diana épouse Charles ; Bob Marley meurt ; le régime d’apartheid envahit l’Angola ; le Sida est identifié/créé/nommé ; Salman Rushdie sort son livre « Les Enfants de minuit » ; dans la région de sa naissance, la grand-mère paternelle de Bopape meurt ; Julius Malema est né ; des millions de personnes pleurent, des milliards de personnes rient ! La population mondiale est alors d’environ 4 milliards… Bopape passe son enfance à Limpopo, dans des situations sociales diverses. À 12 ans, elle commence à écouter son envie d’ailleurs et s’installe à Durban. Elle y vit plusieurs années et étudie la peinture et la sculpture. (…) »

Exposition

#DineoSesheeBopape

Du 23/06/2016 au 11/09/2016

À découvrir de midi à minuit, tous les jours sauf le mardi.

Dineo Seshee Bopape

Dineo Seshee Bopape est née en 1981 à Polokwane.

Elle est diplômée du De Ateliers à Amsterdam (2007) et a obtenu un MFA (Master of Fine Arts) à Columbia University, New York (2010). En 2008, elle a été lauréate du MTN New Contemporaries Award et du Toby Fund Award (2010) de Columbia University. Son travail a fait l’objet de plusieurs expositions personnelles en Norvège, à Amsterdam et à Naples, en plus de celles à Stevenson, Cape Town et à Johannesburg, qui ont eu lieu en 2013, 2011 et 2010.

Elle a participé à plusieurs expositions collectives, dont « Ruffnek Constructivists », Institute of Contemporary Art, à l’Université de Pennsylvanie, Philadelphie (2014) ; « Chroma », Stevenson, Cape Town (2014) ; « My Joburg », La maison rouge, Paris ; Staatliche Kunstsammlungen Dresde, Allemagne (2013) ; « The Beautyful Ones », Nola Judin, Berlin (2012) ; « Fiction as Fiction (Or, A Ninth Johannesburg Biennale) », Stevenson, Cape Town (2012) ; « About Menocchio we know many things », Bétonsalon Centre d’art et de recherche, Paris (2012) ; « If A Tree... », Stevenson, Johannesburg (2012) ; « The Next Generation », Pulchri Studio, La Haye, « Mine - A selection of films by SA artists », Dubai Community Theatre and Arts Centre, Dubaï (2012). Dineo Seshee Bopape participe à la Biennale de Marrakech (2016) et a été en résidence au Headlands Center for the Arts à San Francisco à la Fountainhead Residency à Miami, à l’institut Sober & Lonely à Johannesburg et à la Sommerakademie im Zentrum Paul Klee à Bern, Suisse.

Instagram @aude_arago

Instagram @vivientrommer

 

Interview Dineo Seshee Bopape - UNTITLED (OF OCCULT INSTABILITY) [FEELINGS]

Instagram @burcakbingol

Cette exposition bénéficie du soutien de