Vous êtes ici

Daiga Grantina Toll

Daiga Grantina réalise une vaste sculpture à partir de matériaux aux qualités diverses, tantôt moelleux ou durs, tantôt transparents ou opaques. Amalgamés en un paysage étrange et coloré, chacun d’eux participe de cet organisme embrumé, enragé, joueur et un peu « toll » (le titre allemand de l’oeuvre pouvant à la fois se traduire par « fou » et « épatant »).

Les différents composants de cette sculpture-assemblage sont exposés dans un état d’imperfection et de non-fini qui prennent vie grâce aux faisceaux lumineux qui viennent unir les matériaux et qui, à leur tour, vont dessiner l’espace. Cette atmosphère déchaînée, matérialisée ici par la fulmination de la mousse répandue dans l’espace, fait aussi écho à la force de l’élucubration enfantine, celle qui autorise à imaginer la construction d’un refuge - de manière improvisée, à partir de tables et des matériaux disponibles sur le moment -, l’élaboration d’une cabane potentiellement habitable.

Commissaire : Sandra Adam-Couralet

Œuvres in situ / Anémochories

Du 16/02/2018 au 09/09/2018

À découvrir de midi à minuit, tous les jours sauf le mardi

#DaigaGrantina

Daiga Grantina

Daiga Grantina (née en 1985 à Riga, vit à Paris) a étudié à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne puis à la HFBK à Hambourg.

Elle a été invitée par Vincent Honoré à participer à la prochaine édition de la BALTIC Triennale en 2018. Elle fera également partie de l’exposition Crash Test à La Panacée (Montpellier, 2018) curatée par Nicolas Bourriaud. Simultanément à son projet au Palais de Tokyo, son travail sera présenté aux côtés de celui d’Athena Vida à la Galerie Joseph Tang à Paris de février à mars 2018. Le travail de Daiga Grantina a fait l’objet de plusieurs expositions personnelles, dont récemment à la Kunstverein Hamburg (Allemagne, 2017), à la Kunsthaus Bregenz (Autriche, 2016) et chez kim? Contemporary Art Center à Riga (Lettonie, 2016). Ses oeuvres ont également été exposées durant la Biennale de Vienne (Autriche, 2017), au Museum of Modern Art de Belgrade (Serbie, 2017, commissaires : Julie Boukobza et Simon Castets), à la Kunsthalle Mainz (Allemagne, 2017) et à la Bergen Kunsthall (Norvège, 2016).

Daiga Grantina est représentée par la Galerie Joseph Tang à Paris.