Vous êtes ici

ayoung kim

Ayoung Kim In This Vessel We Shall Be Kept

Le Palais de Tokyo présente la première exposition personnelle en France de l’artiste coréenne Ayoung Kim (née en 1979 à Séoul), dans le contexte de sa résidence au Pavillon Neuflize OBC, laboratoire de création du Palais de Tokyo (de novembre 2015 à juin 2016). L’installation sonore immersive qu’elle propose au Palais de Tokyo prend racine dans les sous-sols du Palais Garnier, plus précisément dans les profondeurs de son fameux « lac » souterrain, et met en scène à travers lui un déluge fictif qui aurait été oublié.

En écho à son histoire familiale, Ayoung Kim s’est consacrée à des recherches approfondies sur une énergie fossile devenue un motif central de la mondialisation, le pétrole. Elle relate par exemple le développement de l’industrie pétrolière du Moyen-Orient dans l’oeuvre Zepheth, Whale Oil From the Hanging Gardens to You, Shell 3 - présentée au sein de l’exposition principale de la 56ème Biennale de Venise (All the World’s Futures, commissaire Okwui Enwezor, 2015) - à partir d’extraits de sources variées.

Commissaire : Chloé Fricout

Exposition

#AyoungKim

Du 23/06/2016 au 29/08/2016

À découvrir de midi à minuit, tous les jours sauf le mardi.

Ayoung Kim

En résidence au Pavillon Neuflize OBC, laboratoire de création du Palais de Tokyo, de novembre 2015 à juin 2016, Ayoung Kim (née en 1979 à Séoul) a participé à la 56ème exposition internationale de la Biennale de Venise (2015) et au programme public des Serpentine Galleries (Londres, 2016). Elle a récemment exposé au Maraya Art Centre (Sharjah, 2015), au SeMA (Séoul, 2014), au Leeum (Séoul, 2012), à la Künstlerhaus Bethanien (Berlin, 2011), 176/Zabludowicz Collection (Londres, 2011) et au Museum of Arts and Design (New York, 2011).

Instagram @deschosesdelavie

Instagram @ppppsooran

Instgram @lee_jin_han_lee

In This Vessel We Shall Be Kept (2016)

Manifestation organisée dans le cadre de l’Année France-Corée 2015-2016 avec le soutien de l’Institut français / www.anneefrancecoree com. Cette exposition bénéficie du soutien du Groupe de Recherches Musicales (GRM) de l’Institut national de l’audiovisuel.