Vous êtes ici

Nina Chanel Abney Hot to Trot. Not.

Nina Chanel Abney capture l’énergie et les tensions qui secouent notre époque à travers des fresques réalisées in situ.

Nina Chanel Abney déplace parfois sa pratique picturale de l’atelier à l’espace public des villes où elle peint d’immenses muraux. Invitée pour la première fois dans une institution française, l’artiste s’empare d’une succession de murs encastrés dans l’architecture du Palais de Tokyo pour y peindre plusieurs fresques in situ.

Entre abstraction et figuration, couleurs vives et grisaille, lignes grasses et formes vaporeuses, les peintures d’histoire de Nina Chanel Abney capturent l’énergie et les tensions qui secouent notre époque marquée par un flux sans hiérarchie de vraies et fausses informations, par des abus de pouvoir et par des questionnements sur les genres et les identités.

À l’ère de l’open source, Abney puise dans des références multiples qu’elle sample et remixe pour créer un nouveau langage empreint de cultures populaires (des cartoons satiriques au graffiti, en passant par le Hip Hop), de politique, d’entertainement et d’histoire de l’art. Autant de signes, de langages et d’événements qu’elle assemble pour élaborer des narrations opaques, souvent accompagnées de mots et sonorités du présent (slogans politiques, argot…). Ses compositions compressées sont souvent réalisées à l’aide de pochoirs permettant de simplifier les formes, comme le font les émoticônes, tout en complexifiant les émotions 2.0. Sa récente série Always a Winner (2015) ciblait plus précisément les tragiques bavures policières racistes, notamment à l’origine du mouvement Black Lives Matter aux Etats-Unis.

Commissaire : Hugo Vitrani

Œuvres in situ / Anémochories LASCO PROJECT

Du 16/02/2018 au 09/09/2018

À découvrir de midi à minuit, tous les jours sauf le mardi

#NinaChanelAbney

« Les artistes ont le droit de faire ce qu’ils veulent. Il s’agit d’une autorisation créative pour faire ce que l’on veut, alors pourquoi ne pas s’en servir pour repousser les frontières ? C’est ce que l’art devrait faire : déstabiliser, mais de manière positive. Quel que soit le sujet d’une peinture, mon but est de la laisser suffisamment neutre afin que tous les points de vue puissent y être représentés. C’est en ce sens que j’ai commencé à créer des figures où l’on peine à dire s’il s’agit d’un homme ou d’une femme ; dont le sujet ne peut se résumer à des étiquettes : la peinture ne livre aucune histoire arrêtée. » Nina Chanel Abney

Nina Chanel Abney

Nina Chanel Abney est née en 1982 à Chicago, elle vit à New York.

Diplômée de l’Augustana College (Rock Island, 2004) et de la Parsons School of Design (NY, 2007), son travail a intégré les collections du Brooklyn Museum, de la Rubell Family Collection, du Bronx Museum et de la Burger Collection (Hong Kong). Les galeries Jack Shainman et Mary Boone à New York l’ont exposé simultanément en 2017. Sa première rétrospective, « Nina Chanel : Royal Flush », présentée au Nasher Museum of Art à la Duke University en février 2017 sera bientôt montrée au Chicago Cultural Center (février-mai 2018) puis au California African Museum et à l’ICA de Los Angeles (septembre 2018 - janvier 2019).

Nina Chanel Abney est représentée par la galerie Jack Shainman (New York).